Vous avez échappé à la mort mais, cette dernière aurait peut être été plus agréable...
 

Sur les champs d'honneurs [With Cassey]

 :: La ville :: Les habitations Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Dim 25 Nov - 20:21
Seigneur tout puissant. L'escalade avait été fulgurante, c'était le moins que l'on puisse dire. Qui aurait pu prédire que cette fin de soirée totalement banale aurait terminée en... En anarchie généralisée... Car oui c'était le mot juste lorsque l'on devait décrire la situation présente. Et qu'elle était-t-elle exactement ? Ma foi, asseyez vous donc et écoutez nous conter le pourquoi du comment nous sommes arrivée à... Cette escarmouche.

Précisons en premier lieu que rien de toute ci n'avait été voulu ou prévu... Du moins à l'origine. La chevalerie et ses séides demeurait en effet en ce qu'elle aime à appeler son domaine, à savoir le manoir de l'Hochmeister. Planifiant, s'entraînant, étudiant, se distrayant de diverses manières à dire vrai. Et ce sans ennuyer qui que ce soit ni même mener une quelconque action où que ce soit. Non, ils étaient juste là à vaquer à leurs occupations. Mais voilà que les autres demeures alentours, car oui nous sommes dans une zone principalement résidentielle se voit secouées soudainement. Le calme et la sérénité volent en éclat. De fait, voilà qu'un groupe, qu'une bande, qu'un gang même de personnages peu recommandables, vermines et lie de ce ce que l'on peut trouver en terme de personnage dans ce monde, débarque massivement avec équipement digne de leur statut. Entendons par là qu'il s'agit de tout un arsenal de barres de fer, couteaux, battes et autres armes glorieuses et essentiel à tout caïd se respectant un minimum. Certains devaient même sans doutes avoir des armes à feu, en dignes lâches qu'ils étaient. Car non, venir toquer aux portes des honnêtes gens afin de prélever la taxe en surnombre n'était point glorieux. Du racket pur et simple. Une situation comme l'on peut en trouver comme beaucoup en ce monde.

Le temps que l'Ordre porte son regard sur cette affaire, sur ces braves et courageuses personnes, celles ci étaient déjà aux portes en train de toquer avec puissance et exiger sois disant leur dû. L'un des officiers crées par l'Hochmeister, le Capitaine des sergents d'armes, que l'on nommait Von Rauken (Une excentricité du créateur) se porta à l'entrée en se gardant bien d'ouvrir aux envahisseurs. Se contentant de cordialement conseiller à ceux ci de "Foutre le camp" pour reprendre ses termes, sous peine de se voir fortement réprimander.

Bien évidemment, firent montre de leur mécontentement vis à vis de la réponse en menaçant d'enfoncer la porte, de briser les fenêtres, de mettre à sac l'ensemble de la maisonnée et de briser toutes les côtes de chaque habitant des lieux. Inutile de dire que cela manqua de faire rire le Capitaine. Toutefois, avant que celui ci pu répondre à nouveau, le commandement revint à l'Hochmeister prévenu entre temps de l'affaire et qui avait rameuté une bonne partie de l'ordre vers l'entrée et les différentes sorties. Lances, épées, hallebardes... Ajoutons à ceci quelques arbalètes et nous avons une idée de ce qui se dissimulait à l'intérieur. Mais passons, car voilà que les vandales 'invectivaient à nouveau, s'impatientant. Sauf que lorsque la porte s'ouvrir, ce ne fut point argent ou objets de valeur que reçut le collecteur posté devant. Mais l'acier d'une hallebarde sur son crâne. Et avant même que ses homologues eurent le temps de se rendre compte de la chose et de réagir en conséquence, les fantassins de l'ordre sortaient en trombe du manoir afin de porter le combat à l'ennemie et cordialement les faire déguerpir de cette satané rue. Herr Manfred en première ligne, épée à la main qui cherchait désormais à se frayer un chemin à travers la marée incrédule.

Ah... Quel escalade dites moi...
Revenir en haut Aller en bas
Lun 3 Déc - 22:09
Admin
avatar
Messages : 35
Voir le profil de l'utilisateur
C’était encore une journée et une soirée tranquille, tout s’était plutôt bien passé pendant un long moment. Tout ce qu’il y avait, c’était quelque chose de plutôt calme et presque chiant. Depuis combien de temps n’était-elle pas sortie un peu ? Depuis combien de temps n’avait-elle pas profité de la vie ? Depuis un moment à vrai dire mais il fallait d’abord qu’elle LE trouve. Après ceci, elle pourrait enfin prendre quelques jours de repos, une bonne semaine ne lui ferait pas le moindre mal. Un peu de repos, une journée à la plage ou quelque chose du genre… Cela serait parfait ! A la plage, quelque part perdu au fin fond de la forêt… Ouais, c’était le meilleur plan qui s’offrait à elle. Rien qu’imaginer la sensation du soleil qui réchauffait sa peau la rendait encore plus impatiente. Enfin ! Là n’était pas le problème, tout ce qu’il lui fallait, c’était de fermer le bar, finir de tout ranger pour enfin pouvoir s’accorder un peu de repos. Même si elle prétendait ne pas avoir besoin d’énormément de sommeil, la jeune barmaid était comme les autres, devait se reposer de temps à autres pour ne pas sombrer dans la folie la plus noire, la plus horrible et mauvaise.

La jeune femme rentrait doucement, les mains enfoncées dans ses poches. Alors qu’elle passait devant les maisons, elle fut légèrement surprise de voir des personnes réunis pour aller cause du souci à un habitant. C’était à la fois étrange mais tellement habituel dans ce monde. Ce n’était d’ailleurs pas la première fois qu’elle assistait à ce genre de scène mais il y avait l’informateur qu’elle suivait et pistait depuis plusieurs jours. Elle s’approcha rapidement mais restant assez discrète pour ne pas attirer trop l’attention sur elle. De toute façon, elle n’avait pas l’envie de se battre pour rien ce soir là. Elle était assez fatiguée de la bagarre et essayer de récupérer cet homme avant qu’il ne disparaisse aussi rapidement que d’ordinaire.

Alors qu’ils étaient tous occupés, la jeune femme s’approcha rapidement avant de saisir sa cible par la gorge, la tirant en arrière comme possible avant qu’un autre personnage ne la remarque et la tire violement en arrière.

Elle aurait pu se défendre plus sérieusement si elle n’avait pas posé le regard sur la personne dans une armure. Jamais, depuis qu’elle était ici, elle n’avait vu une race de ce genre. C’était sans doute le premier… En tout cas, elle soupira doucement, croquant dans un de ses mikados avant de simplement hausser les épaules.

- J’ai du me tromper d’endroit visiblement…



Casey, Barmaid et Tueuse à gages




Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Une seconde chance :: La ville :: Les habitations-