Vous avez échappé à la mort mais, cette dernière aurait peut être été plus agréable...
 

Lun 22 Oct - 16:37
avatar
Messages : 5
Voir le profil de l'utilisateur
Humain
Dimitri Donte


Nom: Donte
Prénom: Dimitri
Age: 24 ans.
Orientation sexuelle: Hétérosexuel.
Métier: Concessionnaire.
Races/animaux: Humain.
Habitation: Petit appart en sortie de ville.
Arme principale:Deux anneaux tasers.
Pouvoir principal: Mutation génétique. Il peut modifier la structure de ses membres en les allongeant ou en les étirant, densifier ses muscles ou l’épaisseur de sa peau. Déplacer ses organes vitaux voir les déformer en cas de besoin. Augmenter sa acuité visuelle ou auditive. Le seul organe qu’il ne peut pas déformer, modifier ou déplacer est son cerveau, de plus endommager sa colonne vertébrale ralentit ses capacités régénératrices.
Arme ou pouvoir secondaire:  Avec les capacités de mutations qu’il possède depuis sa renaissance, il s’est naturellement vue attribuée une régénération rapide et efficace. Il peut aller jusqu’à faire repousser des membres, mais tous membre reconstruit se verra obligatoirement rééduqué avant de pouvoir fonctionner pleinement. (Le temps  est variable en fonction du membre régénéré, des conditions actuelles …de la météo…).
Cause de la mort : Suicide.
Yamada Ichiro, Hypnosis mic

Physique

Un jeune homme aux longs cheveux bruns, sa peau claire bronze rapidement à l’arrivée du printemps, pâlit soudainement l’hiver. Dimitri fait bien son âge, bien que sa tendance à maugréer lui plisse dangereusement le front , laissant apparaitre quelques rides gonflées par la testostérone.  Il n’est pas rare de le voir essuyer du guacamole à coup de dents sur ses chips tel un toxico en manque. Ses yeux changent de couleurs d’une humeur à l’autre, rendant sa vision quelques peu difficiles lorsque les couleurs ne sont pas adaptées à l’environnement.  Physiquement bien entretenu il est suffisamment sportif pour répéter ses routines quotidiennes. Pompes, tractions, joggings, salles de musculations et autres activités qui lui permettent de se dépenser sont toujours bonnes à prendre. Svelte, il mesure un simple mètre soixante-dix-neuf. Il porte généralement des vêtements confortables, privilégiant le confort à l’élégance, bien que l’un aille avec l’autre, ce n’est pas toujours le résultat qui compte. Du jogging délavé, au pantalon en toile, il y va à l’humeur et au talent. Fumeur hasardeux, il lui arrive aussi de boire et de consommer des substances en tout genre, tant qu’elles n’affectent son quotidien sur le long terme.


Caractère

Dimitri est ravi de s’être enfin sorti du premier monde, s’être vue attribué l’option « essaye encore avec quelques petits cadeaux » lui allait comme un gant. Après avoir raté ses dernières tentatives de se faire une place descente dans le premier monde, Dim s’était retranché dans des sites obscures, des habitudes malsaines et des activités douteuses. Il a vue, sentit, fait et touché des choses immondes pour s’en sortir. Non, il n’y croyait plus pour être honnête, il voulait juste disparaître et espérer crever d’une heure à l’autre en se soulant la tronche. Il était passé par tellement de paliers, il avait trébuché et dévalé tellement d’étages avant d’enfin trouver la salvation. Un fond parsemés de balles, de hurlements, de corps en train de perdre la vie alors que la vision se rétrécie. Puis pouf, on lui annonçait qu’on allait lui donner une nouvelle chance, une meilleure chance, une opportunité ou l’on ne pouvait pas se louper. Depuis sa résurrection, son échappée, enfin…ce phénomène qu’il ne parvenait pas à s’expliquer. Dim est sceptique, voir complètement aigris. Au début il avait jouit de sa nouvelle vie, il avait commencé à revisiter ce nouveau monde. Mais l’immortalité commençait petit à petit à le ronger, sournoisement mais sûrement, son passé nauséabond remontait à la surface. Instable bien qu’isolé, son individualité à tendance à la rendre antipathique, mais son expérience lui permet généralement d’obtenir ce qu’il veut des autres. Même si il a tendance à en donner toujours beaucoup trop de son côté pour parvenir à ses fins. La bêtise est l’une de ses caractéristiques, assumées, ce dernier est sûrement la plus dévastatrices de ses armes. Son caractère est bien trempé, amicale, souriant et polis aux premiers abords. Prenez gardes à ne point réveiller ses vieux démons.


Histoire


« Merde, déjà 13h.
-N’oublies pas tes clefs.
-Ouais, j’arrive, deux secondes ne me stresse pas comme ça.
-Mais je t’aide ! Arrêtes de tout…
-Ouais allé c’est bon, à toute. »

Il lui claqua la porte au nez, sur un soupir à charge de revanche et de vie meilleure. Les opportunités n’étaient pas aussi nombreuses et bien brodées qu’on l’aimerait. Dimitri aimait bien Nath, mais elle avait ce côté maternelle qui lui rongeait l’abdomen à chaque fois qu’il surgissait. Il avait traversé cette ville de long en large, avait été jusqu’à vendre ses propres amis lorsque le besoin s’en était fait sentir, pour entendre une pauvre fille lui dire comment manger, s’habiller … vivre quoi ! Alors qu’il franchissait les dernières marches du bâtiment, son halle était agréablement propre et briqué. Il jeta un œil à sa boite aux lettres, entre aperçu la chevelure de Marianne sur la première enveloppe puis laissa le clapet se refermer dessus. Jouant avec ses clefs, en les faisant rouler d’un doigt à l’autre, il n’avait plus qu’une seule envie. Dévorer les vingt minutes de routes qui le séparait du chantier, envoyer chier son contre maître pour son retard, puis s’excusez auprès de son agence d’interim en jouant les victimes. Rien qu’à l’idée devoir encore faire le dos rond pour pouvoir être tranquille et faire les choses comme il le désire, ses dents craquèrent. Serrées les unes contre les autres elles ne faiblirent pas avant qu’il n’aille serrer la main de son chef actuel :

« Re, toujours bon ?

-On avait dit Treize heure, pas la demie.

-Il y avait des bouchons sur la route, désolé.

-Ouais, allé fonce.

-Y a quoi à faire ?

-Ptain, bouges pas je vais te dire. »

Toujours pareils, ils attendent de lui qu’il soit irréprochable, alors qu’ils n’étaient eux même pas opérationnels ni formés pour prendre en charge des intérimaires. Plusieurs clopes plus tard, le contre maître revenait en lui indiquant un point précis du chantier, réorganiser les fiches, redresser celles qui étaient tordues et nettoyer la piste avant que les machines n’y viennent. Tant mieux, Dimitri n’était pas d’humeur à suivre une pelleteuse avec un balais, ni à pousser des brouettes pleines de merde à gauche et à droite.  Les heures passèrent, les ordres passèrent et le soleil commençait déjà à se coucher. L’hiver était sec, le vent permanent lui avait fait avaler plus de poussières qu’il ne pouvait en imaginer. La fumée de clopes était pratiquement devenue imperceptible. Une fois bien sales et fatigué, il remonta le chantier, puis s’empressa de monter dans sa voiture, avant de se faire retenir par le contre maitre :

« Pas la peine de revenir demain, on va se démerder sans toi.

-Impeccable. Bonne soirée.

-Ni jamais d’ailleurs.

-Encore mieux. »  

Il claqua une deuxième fois la porte au nez d’un soupir, puis s’empressa de rentrer chez lui. Il n’avait pas de courses à faire, il lui restait un paquet en réserve à la maison. Une bonne douche, un peu d’exercices, puis une secondes douche et il laisserait le reste au mystère de la vie de couple. Si la vaisselle se faisait correctement, si l’après-midi s’était écoulé sans problèmes, que les chats n’étaient pas morts, peut-être pourrait-il se faire pardonner pour ce midi. Alors qu’il atteignait son palier, un bruit sourd, comme pourrait produire le choc d’un meuble qui s’effondre traversa la pièce. Pas de hurlement hystérique, pas de ralage intempestif, ni  de sanglots névrotiques ? Dimitri poussait à peine le loquet pour rentrer discrètement chez lui qu’une scène d’horreur changeait radicalement sa vie. Sa femme n’était plus qu’un corps nue et recouvert de plaies béantes, qui trônait sur la table basse du salon. Les membres désarticulés, le sang séchait à peine sur les tapis et les canapés. Ses yeux balayaient les diverses pièces qui composaient son foyer. Ses pas étaient mesurés, son rythme cardiaque devenait de moins en moins régulier. Plusieurs sueurs froides saisirent ses tempes, alors qu’il cherchait à trouver le courage de regarder le visage de celle qu’il aurait voulu  aimé bien plus sincèrement maintenant qu’elle n’était plus là. Elle s’était faîtes torturées, surement violées, vue les vagues traces blanches qui parsemées les flaques de sang et le contour de ses lèvres.
Il posait son sac non loin de la scène du crime, cherchant désespérément du regard quelqu’un ou quelque chose pour qu’on lui vienne en aide. Rien, pas de coup de téléphone, pas de message secret sous X, pas d’indices. Juste le corps de sa femme et des milliers de regrets. Etait-ce une vengeance ? Lui envoyait-on un message pour lui rappeler qu’il avait balancé ? Non, les salops qu’il avait trahit n’étaient qu’une bande de dégénérés, de cas sociaux inoffensifs. C’était l’œuvre de quelqu’un de bien plus fou et déconnecté que ça. Les lèvres pincées, les poings serrés son regard ne pouvait plus soutenir d’avantage la scène du crime, il s’essuya le front blanchit par le choc et la sueur. Puis  se dirigea vers le balcon, là il comprit qui étaient les responsables. Dix hommes habillés en noirs, étaient en train de franchir à l’instant les portes de son bâtiment. Ses derniers juste avant qu’il ne pointe son visage, discutaient en bas autours de sa voiture. Comment avaient-ils pu se louper ? Les émotions commençaient à se confondre violement, alors que son corps l’implorait de prendre une décision. Fuir, se battre, mourir ou vivre, il n’en avait plus grand-chose à faire de toute façon. Arriver à 24 ans, pour se retrouver ciblé par une bande anonyme, c’était un game over assez dramatique. Un sourire jaune déchira son faciès habituellement si morne et déconnecté.

Il ne lui fallait pas plus de trois minutes pour se décider, à peine les premiers vandales arrivés qu’ils furent rappelés par leurs collègues. C’était trop tard, Dimitri avait tenté de s’échapper en sautant sur le balcon de dessous mais c’était lamentablement foiré. Les gangsters se dispersèrent dans la nuit, suivit de très près par les sirènes et les gyrophares des gorilles de l’état.

« Où suis-je bordel ?

-Dans mon monde.

-Hein ? Il y a quelqu’un ?

-Non, personne, je ne suis pas. Et pour simplifier tu ne peux quantifier, ni définir ce que je suis. Restes à ta place et écoutes moi. Te sens-tu mieux ?  

-Je ne sais pas, c’est vraiment le bordel ! Je me répète, mais là je stress. Je… je suis mort n’est-ce pas ?

-Oui, mais pas définitivement, ni complètement.

-Comment ça ?

-Je t’ai gardé, rayé de la liste, sauvé, acheté, approprié extrait de ton univers, de ton plan dimensionnel, de toi-même et de ce qui était, est et sera.

-Que vais-je devenir ? Que me voulez-vous ?

-Je veux tout et rien, je veux te voir revivre. Tu ne seras plus jamais l’esclave d’un système, le chien fidèle et fort d’une femme aux ambitions d’insectes. Tu peux enfin, révéler ton plein potentiel Dimitri. Vas et marches… rappel toi, la mort ne frappe que dans l’âme.

-Mais…BORDEL ! »

La pièce blanche disparue, il se revoyait chuter visage en avant vers le sol parsemés de goudron et de cailloux en tout genre. Il s’était résigné, après avoir lamentablement loupé la rambarde du premier balcon en dessous du siens. Il s’était fracassé l’épaule contre le troisième avant de s’éclater la tête la première contre le sol. Pas totalement, juste avant qu’il ne puisse finir sa chute, quelqu’un, quelque chose qui lui semblait étrangement familier le happa de rien vers nulle part. Laissant quelqu’un … o quelque chose d’autre prendre sa place. Dimitri se réveillait doucement dans un lit confortable, une pièce sombre, aux meubles simples et à la décoration pittoresque. Des arabesques, des lampes aux couleurs diluées. Un paquet de cigarette d’une marque qu’il ne connaissait pas siégeait à côté de lui, avec deux fins anneaux noirs sur une petite table de chevet.





Pseudo: réponse
Age: 23
Quelque chose à nous dire?Enchanté en espérant que le personnage restes, crédible je n’ai pas osé trop étoffer. Question, le forum est encore bien vivant ?
Comment tu nous as connu ?: Je cherchais un forum convivial, pas prise de tête, ou on était susceptible de RP simplement et calmement.
Ton personnage aurait-il préféré mourir ? Si oui, pourquoi ?:
Sa vie c’était de la merde, le Dimitri ressuscité en est convaincu et vantera sa nouvelle vie. Le Dim du monde réel lui aurait juste tout tenté jusqu’au bout.

Ton personnage aurait-il préféré être dans un autre groupe ? : Bof, il n’est pas assez ouvert d’esprit pour s’en rendre compte que les humains c’est des faiblards.

Code by Frosty Blue de never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Lun 22 Oct - 17:05
Admin
avatar
Messages : 28
Voir le profil de l'utilisateur
Ayant finalement eut le temps de lire ta fiche complètement, je peux te dire que tout est en ordre dans cette dernière. Je me permet de remplir la case "Groupe" qui passe inaperçu. Tu seras donc dans le groupe des humains une fois l'avatar trouvé et mis, je te dis à la revoyure o/

N'hésite pas à passer au Post-Mortem, Casey est plus sympathique qu'elle ne le laisse paraître  serveur



Casey, Barmaid et Tueuse à gages




Revenir en haut Aller en bas
Lun 22 Oct - 23:23
Admin
avatar
Messages : 30
Humeur : Sadique
Voir le profil de l'utilisateur http://chance-nouvelle.forumactif.com

Bienvenue ~






« Dimitri Donte »



« Tiens, tiens, le premier homme à arriver dans ce monde depuis bien longtemps (en plus, un sacré beau gosse). Il est intéressant de voir que tu as comprit mon fonctionnement. Ce monde t’offre une nouvelle chance, une nouvelle chance pour vivre comme tu le souhaites. Pas de règles, pas de problèmes. Bref, tu es relativement libre ici, libre de faire ce que tu souhaites !

J’espère que tes vieux démons ne resurgiront pas… Quoique… Pourquoi pas. Cela pourrait être marrant de suivre ton évolution dans un monde qui n’est pas encore totalement le tiens. »

Tu es maintenant validé, jeune homme, tu peux dès à présent rechercher des liens ici, poster une recherche de camarades ou encore tenir à jour les rencontres de ton personnage par là.
Je te souhaite de passer du bon temps parmi nous !

~Le Vortex


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Une seconde chance :: Un nouveau monde :: Cartes d'identité :: Validées-